Ouvert du lundi au vendredi de 17h à 1h
Ouvert le week-end de 15h à 1h

chirurgie vasculaire

Cliquez sur les thèmes pour déplier et lire les explications

La chirurgie vasculaire est la chirurgie des vaisseaux, artères et veines, à l'exclusion des vaisseaux intracrâniens et coronaires.

Chirurgie artérielle

Traite les occlusions artérielles aiguës (ischémie aigüe de membre) et chroniques (artériopathie oblitérante), et les anévrismes artériels.

Chirurgie veineuse

Traite les problèmes d'insuffisance veineuse chronique responsables des varices.

Traitement des maladies artérielles

  • Chirurgie classique : chirurgie des artères carotides, du carrefour aortique, des artères des membres par pontages (bypass) ou endartériectomie
  • Chirurgie minimale invasive : abord de l’aorte abdominale et sympathectomie lombaire par rétropéritonéoscopie
  • Chirurgie endovasculaire : interventions par ponction artérielle visant à traiter des rétrécissements ou des occlusions artérielles à l’aide de ballons avec ou sans mise en place de stents ou d’endoprothèses

Traitement des maladies veineuses

  • Traitement des varices par scléroses, chirurgie classique (saphénectomie, stripping, ligatures étagées) et ablation veineuse par sonde laser

Le chirurgien vasculaire

La Chirurgie Vasculaire prend en charge toutes les pathologies vasculaires, plus particulièrement les maladies des artères et des veines. La Chirurgie Vasculaire ne se limite pas au seul traitement opératoire de ces maladies de la circulation, mais prend également en charge la mise au point et le diagnostic de ces maladies. Les examens complémentaires font appel à l’échographie et à l’artériographie classique, mais également (de plus en plus souvent) aux techniques les plus récentes comme l’angio-CTscanner ou l’angio-RMN.

  • après avoir fait réaliser le bilan de la maladie artérielle grâce à l’équipe au sein de laquelle il travaille ( médecin traitant - angiologue - cardiologue - radiologue )
  • va pouvoir proposer la meilleure solution thérapeutique

 

On peut schématiquement classer les traitements de la manière suivante

- les dilatations et recanalisations avec ou sans pose d’endoprothèse 
- les désobstructions ou endartériectomies avec ou sans patch 
- les pontages prothétiques ou veineux

 

Ces techniques sont complémentaires, peuvent être utilisées seules ou combinées

  • Les dilatations (ou angioplasties transluminales ) s’adressent surtout aux lésions limitées ( sténoses ou oblitérations courtes )
  • Les endartériectomies sont le traitement de choix des lésions limitées des divisions artérielles comme la sténose carotidienne ou le trépied fémoral
  • Les pontages permettent de traiter la plupart des lésions longues et complexes

La chirurgie veineuse

Le stripping


Stripping
La veine est crochetée 
puis extraite de la jambe

Le stripping est l'opération de base des varices. On parle d'éveinage ou d'ablation de la grande saphène ou de phlébectomie ambulatoire.

La solution adéquate à la varicosité avancée. C’est une opération chirurgicale simple sous anesthésie locale, et qui consiste notamment à enlever les veines malades en l’agrippant avec un petit crochet chirurgical. Toutes les veines atteintes doivent êtres enlevés pour assainir et redynamiser le réseau veineux entier.

Le stripping n’est pas du tout douloureux ni traumatique. Après l’intervention chirurgicale, pour pouvoir marcher tout de suite, le port d’un bas de contention est néanmoins nécessaire. Le patient pourra alors tranquillement rentrer chez lui juste après sans aucun danger. La suite opératoire n’est pas douloureuse, le port du bas de contention par contre pourrait quelque peu gêner du fait de sa fonction constrictrice. Il est recommandé de porter le bas pendant la semaine qui suit l’opération, il ne sera enlevé qu’au coucher pour être remis le lendemain au lever.

Il se peut que les varices réapparaissent de nouveau et nécessite une nouvelle opération. Ceci n’est pas très grave, la deuxième opération est aussi simple et indolore que la première.

Procédure chirurgicale du stripping

  • La veine atteinte est extraite segment par segment en effectuant plusieurs incisions sur la jambe.
  • Cette méthode, destinée aux veines superficielles, s'effectue sous anesthésie locale et ne nécessite pas d'hospitalisation.
  • Une lame de bistouri, une aiguille intra muscualire et un crochet suffisent pour effectuer une mini incision de quelques millimètres, et retirer la veine.
  • Aucun point de suture n'est nécessaire

Ce type de chirurgie est le moins traumatique et se fait sous anesthésie locale lorsqu’elle est réalisée seule. Cette chirurgie est réalisée pour des veines variqueuses collatérales des veines grandes et petites saphènes. Lorsqu’un éveinage est nécessaire, les deux types de chirurgie sont le plus souvent associées. 
Elle consiste à pratiquer une petite incision (1 à 2mm de large) tous les 5 cm environ en regard de la veine variqueuse, de la crocheter et de la couper en petits morceaux qui seront extirpés. C’est une technique longue, minutieuse mais très efficace.

Durée d'intervention
L'intervention qui se déroule le plus souvent sous anesthésie loco-régionale (sans endormir le patient) dure de 20 à 60 minutes selon que des phlébectomies complémentaires doivent être réalisées ou non. 

Il n'y a pas d'hospitalisation , et - sauf demande particulière du patient - cette chirurgie se fait en ambulatoire (arrivée le matin ou en fin de matinée, sortie vers 18H00. )

 

Les techniques endoveineuses

La chirurgie des varices et de l'insuffisance veineuse chronique superficielle peut être réalisée par technique Laser endovasculaire afin de minimiser l'agression chirurgicale et de permettre une reprise immédiate de la marche et des activités physiques.

Le principe de la destruction Laser des veines saphènes consiste à introduire dans la veine grande saphène une fibre optique sans incision et de détruire la veine par Laser. Par l'intérieur et sans agression des tissus alentour.

La veine se fibrose et disparait progressivement. L'intervention se déroule toujours en ambulatoire (pas d'hospitalisation) et sous anesthésie locale ou loco-régionale. 

La technique Laser diminue considérablement les risques d'hématomes douloureux post-opératoires et permet une reprise immédiate de la marche.

D'autres méthodes plus récentes consistent à brûler et rétracter la veine, sans incision, à l’aide d’un laser ou à une sonde.

La radiofréquence et le laser endoveineux représentent une alternative à la chirurgie des varices.


Ces techniques plus récentes permettent d’intervenir de manière moins traumatique que la chirurgie : elles sont moins agressives et peuvent bénéficier d’une à une anesthésie locale

  • Les suites opératoires( douleurs, ecchymose) sont moins douloureuses
  • L’arrêt de travail est très court et la reprise des activités très rapide.

Le laser endoveineux

  • Une fibre optique de petit calibre, est introduite sous anesthésie locale dans la veine à traiter.
  • Le faisceau laser obstrue la veine atteinte.

La radiofréquence, appelée également méthode closure

  • La radio fréquence consiste à introduire dans la veine un cathéter muni d’une électrode qui permet d’élever la température à 85°.
  • La veine ainsi chauffée s’obstrue, ce qui entraine son occlusion.

 

La technique CHIVA

La technique CHIVA, Chirurgie hémodynamique de l'insuffisance veineuse en ambulatoire, est un traitement conservateur qui consiste à détourner le sang vers les veines profondes.

  • Les veines superficielles sont ligaturées : Ainsi le sang des veines superficielles est dérivé vers les veines du réseau veineux profond
  • L’intervention s’effectue sous anesthésie locale dans la grande majorité des situations et ne nécessite pas d’ hospitalisation.

La chirurgie artérielle

La chirurgie des artères carotides est destinée à prévenir les accidents vasculaires cérébraux en allant généralement enlever les plaques d'athérome sur la paroi artérielle susceptibles de se détacher et de provoquer une attaque cérébrale.

La chirurgie de l'aorte consiste principalement à réduire les anévrismes qui risquent de se rompre.

Enfin, la chirurgie des membres permet de déboucher les artères et de réaliser des pontages afin d'assurer une vascularisation suffisante chez les malades atteints d'artérite.

 

L'ANGIOPLASTIE


Angioplastie
1. Un tube fin muni d'un
ballonnet 
est inséré dans l'artère
2. Le ballonnet est gonflé
pour ouvrir 
le vaisseau et libérer
le passage
3. Si nécessaire un stent
est implanté pour garder le
passage ouvert. Puis
le tube et le ballonnet
sont retirés,  le stent
reste en place

L'angioplastie est également appelée angioplastie par ballonnet, angioplastie coronarienne transluminale percutanée (ACTP) et dilatation coronarienne par ballonnet.

Il s'agit d'une intervention peu invasive qui consiste à pratiquer une petite incision au niveau du bras ou de l'aine pour accéder à une artère. Le médecin introduit alors un petit ballonnet gonflable au niveau de l'incision qui, une fois gonflé, contribuera à éliminer la plaque d'athérome en comprimant le site rétréci ou obstrué de l'artère.

Dans le cas de l’angioplastie, le médecin insère un cathéter (tube fin et flexible), dont l’extrémité est munie d’un ballonnet, dans la partie rétrécie ou bloquée de l’artère, puis gonfle le ballonnet pour ouvrir le vaisseau sanguin. Le ballonnet est ensuite dégonflé et retiré de l’artère. Le passage élargi permet de rétablir un flux sanguin normal vers le coeur. La pose d’endoprothèse vasculaire, souvent effectuée au même moment que l’angioplastie, consiste à placer un petit tube grillagé appelé endoprothèse (stent) dans l’artère que l’on vient d’ouvrir. Un stent est un petit ressort métallique expansible qui sert d'armature pour maintenir, de manière permanente, les artères ouvertes après une angioplastie. Au fil du temps, les cellules situées à l'intérieur de vos artères se développent autour du dispositif et maintiennent l'implant en place. Ce dispositif est un implant conçu pour demeurer dans votre artère en permanence. Certains stents sont recouverts d'un médicament qui est diffusé progressivement. Les stents à libération de principe actif (également appelés "stents actifs") ont été développés pour prévenir la resténose. Les stents à libération de principe actif ont la même architecture de base que les stents classiques (stents nus) mais ils se distinguent de ces derniers par le principe actif (médicament) dont ils sont recouverts. Le médicament est conçu pour se libérer progressivement à un dosage approprié, contribuant ainsi à prévenir la resténose en conservant l'artère ouverte.

Une procédure d'angioplastie peut durer de 30 à 90 minutes. Votre rétablissement passe par un alitement d'une journée à l'hôpital avec le bras ou l'aine éventuellement immobilisés pour favoriser la cicatrisation. Selon l'avis de votre médecin et en l'absence de toute complication, vous devriez pouvoir reprendre votre activité en l'espace de quelques jours. Votre médecin vous prescrira également des médicaments pour éviter la formation de caillots pendant le processus de cicatrisation, ainsi qu'une série de consultations de suivi afin de contrôler votre rétablissement.

 

LE PONTAGE ARTÉRIEL


Rétablissement de la circulation 
par pontage avec une prothèse 
ou un fragment de veine

Technique destinée à remplacer un vaisseau ou une partie de vaisseaux défaillant (ne laissant plus ou mal passer le sang), en interposent un tube synthétique ou un fragment de veine (veine saphène) afin de restaurer une circulation normale, en réunissant les deux extrémités qui elles, laissent passer normalement le sang.

Autrement dit cet acte chirurgical a pour but de rétablir la circulation en aval (après) une oblitération (bouchon) artérielle plus ou moins limitée. Le pontage est utilisé quand une artère est rétrécie pour une raison ou une autre. Le plus souvent, il s'agit d'athérome correspondant à un dépôt graisseux sur les parois artérielles à l'intérieur du vaisseau lui-même (lumière artérielle).



Pontage fémoro-poplité

Pontage fémoro-poplité
Lorsque qu'une artère est bouchée (occlusion, thrombose artérielle) le sang ne passe plus. 
Un pontage consiste à brancher un tuyaux (prothèse, veine, artère) au dessus puis en dessous de la zone bouchée.
Il s'agit d'un dérivation qui permet rétablir un flux sanguin sous l'artère bouchée.

Pontage aorto-fémoralLe pontage prothétique aorto-fémoral est la technique chirurgicale la plus fréquemment utilisée pour le traitement des obstructions aorto-iliaques d'origine athéromateuse. Lepontage se réalise entre l'aorte et l'artère fémorale. Le pontage entre l'aorte et les artères de la cuisse (pontage aorto-bifémoral ou carrefour aortique) est pratiqué chez les malades souffrant d'une artérite des deux membres inférieurs et dont les obstacles touchent les artères iliaques ou l'origine des fémorales.

 

LA THROMBECTOMIE OU EMBOLECTOMIE

Intervention chirurgicale consistant à enlever une masse sanguine coagulée oblitérant un vaisseau, après incision de celui-ci. C'est l'ablation d'un caillot à l'intérieur d'un vaisseau.
Pour ce faire il faut auparavant inciser l'artère ou la veine.
Cela peut également se pratiquer par cathétérisme.

 

TRAITEMENT DES ANÉVRYSMES


Implantation d'une endoprothèse
permettant la circulation 
dans un anévrysme

Un anévrysme est une dilatation anormale d'une artère. 
Le risque principal d'un anévrysme de l'aorte est la rupture.

L'intervention chirurgicale consiste à implanter une endoprothèse (stent) dans l'aorte atteinte d'anévrysme. Le stent est introduit dans un vaisseau dont les parois sont anévrismales pour que le sang cesse de passer dans l’artère proprement dite mais circule dans l’endoprothèse. La paroi artérielle de l’anévrisme est alors déconnectée de la circulation et l’anévrisme est dit « exclu » : il ne présente plus de risque de rupture.

 

L’ENDARTÉRIECTOMIE

Intervention chirurgicale consistant à ouvrir l’artère bouchée sur toute sa longueur, à enlever les zones comportant des caillots et des obstacles à l’écoulement de sang. La paroi interne du vaisseau est ainsi rendue totalement lisse.

Modalités pratiques

CHIRURGIE DES VARICES

Avant l’intervention : 

  • Consultation d’anesthésie
  • Bilan sanguin
  • Echo-marquage la veille

Intervention en ambulatoire :

  • Entrée à la clinique à 8h à jeun
  • Intervention dans la matinée sous anesthésie locorégionale
  • Sortie vers 18h

Après l’intervention :

  • Garder la bande de contention jour et nuit pendant 8 jours
  • Reprise de l’activité physique le lendemain (marche quotidienne)
  • Arrêt de travail de 8 à 21 jours
  • 1 injection d’anticoagulant tous les jours pendant 8 jours
  • Au 8e jour : ablation par l’infirmière a domicile, de la bande ,fils et pansement et mise en place du collant ou bas de contention ( 1 à 2 semaines )
  • Au 30e jour : consultation avec le chirurgien

 

CHIRURGIE ARTÉRIELLE

Avant l’intervention : 

  • Consultation d’anesthésie
  • Bilan sanguin
  • Echo-doppler et angio-scanner

Intervention :

  • Entrée la veille vers 18h
  • Intervention le lendemain
  • Hospitalisation entre 6 et 10 jours
  • Sortie après écho-doppler et/ou scanner de contrôle

Après l’intervention :

  • Arrêt de travail entre 15 et 30 jours
  • Reprise du traitement anti-aggrégant (aspirine ou plavix)
  • Au 30e jour : contrôle echo-doppler et consultation avec le chirurgien, puis tous les 6 mois pendant 2 ans puis tous les ans.